03/01/2022 – 3min de lecture

Sarah nous parle de sa vie d’étudiante vétérinaire en Roumanie. Quelles différences avec une école vétérinaire en France ? Comment est la vie là-bas ? Quelles mesures sanitaires ? On vous dit tout !

3

Qui es-tu ?

Je m’appelle Sarah, j’ai 22 ans, je viens de l’Aveyron (12) et je suis étudiante vétérinaire en Roumanie depuis 2020. Mon programme est sur 6 années, donc je serai diplômée en 2026.

Qu’as-tu fait avant la Roumanie ?

Avant la Roumanie, j’ai fait 2 ans de DUT ainsi qu’une Prépa ATS bio. C’est une Prépa sur 1 an qui nous prépare au Concours Vétérinaire et Agro après les DUT et les BTS.

Après cette prépa, j’ai passé le concours mais n’ai eu que « Ingénieur » et quand l’opportunité d’aller en Roumanie en tant qu’étudiante vétérinaire s’est présentée à moi, j’ai sauté sur l’occasion et quitté la France direction l’autre bout de l’Europe !

Y a-t-il beaucoup d’étudiants Français en Roumanie ?

Il y a effectivement pas mal de Français qui postulent pour les 4 écoles vétérinaires en Roumanie. Dans ma promo, nous sommes 45 étudiants Français dans la section Française. Avant le programme était en anglais alors qu’aujourd’hui il est proposé à 100% en Français, sur 6 ans. Nos professeurs sont tous des Roumains qui parlent Français.

Connaissais-tu la Roumanie ?

Non je ne connaissais pas du tout. Il est vrai qu’en France, nous n’avons pas toujours une image très positive de ce pays. Finalement, une fois là-bas, on se rend compte tout de suite que c’est réellement une image faussée et c’est très rassurant. Il faut mettre les pieds dans le pays pour comprendre ! Les Roumains sont super accueillants et très ouverts. Ils viennent nous voir à l’arrêt de bus quand ils nous entendent parler Français et sont curieux de savoir ce qu’on fait là.

Vers quelle spécialité souhaites-tu t’orienter ?

Mon objectif, quand je suis entrée en école vétérinaire, était de devenir vétérinaire rural. Mais au fil des stages, je me suis rendu compte que j’aimais beaucoup la chirurgie également. Je souhaite donc rester sur cette voie qui me plait depuis toujours tout en me laissant aussi la porte ouverte pour faire de la chirurgie.

D’ailleurs, l’option « Chirurgie orthopédique sur les gros animaux » proposée par mon école me fait déjà de l’œil et je compte m’orienter dans ce sens.

Un point intéressant à nous partager sur ton école ?

Des étudiants de ma classe ont créé une association qui permet aux étudiants vétérinaires francais en Roumanie de ne pas être défavorisés par rapport à ceux qui sont restés en France, au niveau des conférences proposées sur la médecine vétérinaire. Pour faire un tour sur leur site internet : cliquez ici.

En fait, l’association recherche des vétérinaires Français qui acceptent de faire des conférences en visio sur différents thèmes (exemple d’une conférence récente : la tuberculose). Un vétérinaire en parasitologie est même prêt à venir jusqu’en Roumanie pour nous organiser des TP !

Ces conférences permettent également d’acquérir des « mini diplômes ». Par exemple, je me suis inscrite à un programme qui va durer toute l’année avec plusieurs conférences sur le thème du « Comportement des chiens et des chats ». À la fin de ce programme, j’obtiendrai un certificat sur le Comportement.

Le programme a été proposé aux 4 écoles vétérinaires de Roumanie, grâce aux vétérinaires qui acceptent de jouer le jeu mais aussi à l’organisation gérée par l’association de mon école.

Cette association organise aussi des évènements sportifs et sociaux pour les étudiants !

Quelles sont les différences entre la France et la Roumanie pour les étudiants vétérinaires ?

Ce qui est sûr, c’est que l’on apprend les mêmes choses qu’en France ou en Espagne par exemple. Je peux néanmoins noter quelques différences :

En France, le programme en école vétérinaire dure 5 ans et débute après avoir fait une Prépa. En Roumanie, il est possible d’intégrer directement l’école après le BAC, sans voir besoin de passer par la case Prépa. Le programme est en 6 ans.

En France, la spécialisation se choisit en dernière année, tandis qu’en Roumanie, différentes options nous sont proposées à partir de la 4ème année. Ces options nous font prendre un chemin qui déterminera le vétérinaire que nous allons devenir.

Ces options en Roumanie présentent un super avantage notamment pour les vétérinaires en abattoir. Il n’existe pas de filière spécifique pour eux ici, mais certaines options comme « Zoonoses infectieuses / parasitaires » et « Module production animale et hygiène alimentaire » leur permettent de se spécialiser dans cette voie. En France, c’est une branche totalement différente de la médecine vétérinaire.

Et la crise sanitaire en Roumanie ?

La façon de gérer la crise sanitaire en Roumanie est assez différente de la France. Quand les taux de contamination au Covid augmentent, les masques deviennent obligatoires et les bars / restaurants restent ouverts mais avec une activité restreinte. Les Roumains, eux, ne sont pas tous vaccinés mais les choses commencent à bouger !

“C’est une super expérience à laquelle je suis très heureuse d’avoir pris part”

Quelle sont les mesures prises par ton université ?

Dans mon université, un système de « rotation » a été mis en place pour les cours en présentiel. Exemple : les 1ères années ont cours en visio pendant la 1ère moitié du semestre tandis que les 2èmes années sont en présentiel. La 2ème moitié du semestre, on échange !

Certains de nos professeurs nous ont même aidés à nous faire vacciner. D’ailleurs, la plupart des gens de ma promotion se sont fait vacciner ici en Roumanie, sans rendez-vous, et avec le vaccin de leur choix. Même si ce fut un peu compliqué au début pour avoir la reconnaissance européenne, car nous n’avions pas de QR code mais seulement un certificat en Roumain, aujourd’hui tout est réglé.

Conseillerais-tu la Roumanie aux futurs étudiants vétérinaires ?

Oui tout à fait !

Niveau financier, la différence est assez importante concernant le prix de l’année universitaire. Les tarifs Roumains sont plus abordables que ceux des écoles Françaises. Le coût de la vie aussi est moins cher. Que ce soit pour la location d’un appartement ou pour la vie de tous les jours. D’ailleurs, les transports en commun sont gratuits pour les étudiants !

De plus, la barrière de la langue dans l’apprentissage n’existe pas puisque tout le programme est dispensé en français.

Mon dernier point serait évidemment de souligner l’ouverture d’esprit et la gentillesse des Roumains qui savent nous accueillir avec bienveillance.

En résumé, c’est une super expérience à laquelle je suis très heureuse d’avoir pris part. Je ne regrette en rien mon choix et le conseille même aux étudiants qui hésitent à passer le pas !

Des questions ? Des points à ajouter ? On vous attend en commentaire !

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Share This